coralie-fissore

Coralie Fissore, ancienne étudiante, revient sur son travail de modéliste chez Lola Espeleta

Coralie Fissore, ancienne étudiante du cursus de modélisme de l' école de mode de Toulouse, a accepté de détailler son parcours et ses différentes expériences depuis l'obtention de son diplôme.

Coralie Fissore

Intégrer le milieu professionnel de la mode en tant que modéliste

Esimode : Bonjour Coralie. Parlez-nous de votre parcours...

Coralie Fissore : J'ai intégré Esimode en 2008 et je suis restée deux ans. J'ai obtenu mon diplôme en juin et j'ai fait mes débuts pour l'entreprise Teddy Smith dès le mois d'août, très rapidement donc ! J'ai démarré là-bas en tant qu'assistante modéliste production. J'y suis restée seulement 3 mois - le temps d'un CDD - mais j'ai pu basculer tout de suite après chez Corleone à Toulouse en tant que styliste pendant 6 mois.

Après cela, je suis revenue chez Teddy Smith et j'ai travaillé pour la marque School Rag en tant qu'assistante styliste. J'ai ensuite rejoint Hétéroclite en tant que modéliste production collection au patronage mais l'entreprise avait de grosses difficultés, ce qui m'a poussée à chercher ailleurs. J'ai ensuite été modéliste prototypiste chez une créatrice de robes de mariée, Louise Dentelle. J'effectuais la création du patronage sur-mesure pour chaque cliente et aussi la coupe, le montage prototype jusqu'à la réalisation finale. Un poste très complet qui me permettait de participer à presque toutes les étapes. En revanche, il me manquait le côté relationnel en essayages car je n'étais pas en contact direct avec les futures mariées.

Aujourd'hui, cela fait trois ans que je travaille en tant que modéliste produit fini sur la collection et la production pour l'entreprise Lola Espeleta. Un poste très important !

Focus sur le travail d'un modéliste

Esimode : Quelles sont vos missions chez Lola Espeleta ?

C.F. : Je crée les tableaux de mesure de collection, je réalise le suivi et la correction des prototypes en vue de livrer la collection à tous les commerciaux en France... En parallèle, je travaille sur la production, ce qui équivaut à suivre tout un échantillonnage afin de veiller à la conformité des produits en termes de bien-aller et de style.

Je suis vraiment sur un poste produit fini allant de la création de tableurs de mesure, passant par le suivi et la modification des prototypes en essayages et jusqu'à la validation des collections et des productions.

Esimode : Votre poste vous plaît-il ?

C.F. : Beaucoup ! Il révèle de nombreux challenges entre la création (les produits se renouvellent chaque année) et les délais... C'est très motivant !

Le travail du patronage me manque cependant un peu, même si nous avons parfois l'occasion de modifier ceux des usines, lorsque cela se révèle nécessaire.

La vocation de modéliste

Esimode : Avez-vous toujours voulu être modéliste ?

C.F. : J'ai commencé dans la mode très tôt, avec un BEP, puis avec un Brevet Technicien. J'ai intégré Esimode tout de suite après, où j'ai validé mon Bac +2. J'ai toujours eu envie de travailler dans cette voie et j'ai toujours visé le poste de modéliste.

Quand je suis arrivée à Esimode, je disposais déjà d'un petit bagage de connaissances professionnelles, ce qui m'a permis de les approfondir et de les affiner. J'ai aussi découvert un aspect de la mode plus concret, car le but de mon cursus était de nous permettre de trouver un emploi à la sortie. Le fait d'avoir des professeurs qui travaillent aussi à l'extérieur de l'école nous aide beaucoup dans ce sens, c'est d'ailleurs l'un des aspects qui m'avaient séduite lors de mon inscription. Ils sont ancrés dans la réalité actuelle du métier.

Esimode : Que retenez-vous d'autre de votre passage à Esimode ?

C.F. : Les projets, qui étaient très intéressants et créatifs, ainsi que la rigueur de l'apprentissage parce qu'on avançait par modules très précis. On avait un suivi qui nous permettait de comprendre et intégrer le produit.

Après plusieurs années, je suis toujours aussi ravie d'être passée à Esimode. J'ai d'ailleurs gardé contact avec certains professionnels, ce qui m'a beaucoup aidée dans ma recherche de travail. C'est un aspect très concret. Ma formation était enrichissante, mais au de-là de ça, ma relation avec les professionnels a été un véritable tremplin dans ma carrière.

Esimode : Selon vous, que faut-il pour travailler dans la mode ?

C.F. : Une sensibilité produit. En tant que modéliste il faut veiller au bien-aller, au confort et au respect de la partie style. Une modéliste doit avoir un petit plus pour sublimer les produits et prototypes, lors des essayages. Au milieu d'autres compétences, bien sûr !