laure-fernandez-

Laure Fernandez, stagiaire chez Iris van Herpen

Laure Fernandez est actuellement étudiante en 4ème année de la formation créateur de mode de l' école de mode de Toulouse. Grâce à son travail et à sa motivation sans faille, elle a réalisé son stage chez la créatrice néerlandaise Iris van Herpen. Elle revient sur cette belle opportunité.

 

Laure Fernandez 1

Une étudiante d'Esimode chez Iris van Herpen

Esimode : Qu'avez-vous fait avant d'intégrer la quatrième année de la formation Créateur de mode ?

Laure Fernandez : J'ai commencé avec une Mise à niveau en arts appliqués, puis j'ai fait le BTS Design de mode d'Esimode en 2 ans.

Esimode : Pouvez-vous nous parler de votre dernier stage chez Iris van Herpen, à Amsterdam ?

L.F. : J'y ai travaillé de juin à décembre derniers. Je voulais intégrer cette entreprise car ce qui m’intéresse le plus dans la mode est la recherche, l’innovation textile. Iris van Herpen est reconnue pour cela et j’ai toujours été impressionnée par ses créations Haute Couture. Réaliser mon stage là-bas me paraissait inaccessible mais j’ai quand même tenté. Au final, j'ai réussi à y entrer !

Esimode : Le processus de recrutement n'a pas été trop compliqué ?

L.F. : Sincèrement non. Il suffit de s'en donner les moyens. De manière générale, je trouve qu'il n'est pas difficile de trouver les adresses mail des personnes à contacter. Dans ce cas précis, j'ai trouvé une adresse réservée aux stages sur le site. J'ai envoyé mon portfolio et des photos de dessins que j’avais réalisés. J'ai tout de même dû rappeler un certain nombre de fois car mon contact était en vacances. Pour terminer, j'ai fait une journée entière de tests à Amsterdam. Normalement, mon stage devait commencer en septembre mais ils doivent durer au moins 6 mois chez Iris van Herpen.

Quand on m'a appelée pour faire cette journée d'essai, j'étais en Australie. Je suis rentrée en France immédiatement, puis je suis allée à Amsterdam pour mon test. C'était un mercredi. Cela s'est bien passé et j'ai commencé dès le lundi suivant !

Laure Fernandez 2

Esimode : Quelles ont été vos missions durant ce stage ?

L.F. : Au début, j’ai été formée à la découpe laser. J'ai donc appris à créer des fichiers de vêtements en tailles réelles sur Illustrator, avec tous les motifs qu’on voulait réaliser à la découpe. J'ai dû ensuite me spécialiser sur des logiciels permettant d'utiliser la machine. On faisait des tests sur pleins de matières différentes, que ce soit du cuir, du plastique... On faisait aussi des tests pour régler la puissance et la vitesse des lasers, afin de trouver le bon équilibre et arriver à faire une bonne découpe.

En parallèle j’ai fait des moulages pour la collection Printemps-Été 2016 et j'ai extrait des patronages. J'ai également fait des toiles pour quelques-unes des robes Haute Couture. Cette étape m'a permis d'apprendre toutes les techniques de couture. Enfin, j'ai travaillé sur la rénovation de certaines robes (celles qu'on prête et qui reviennent un peu abîmées), et j’ai travaillé sur la reproduction de deux ou trois robes pour des musées.

Pour l'une d'entre elles, j'ai collaboré avec Jolan van der Wiel, un designer reconnu pour la matière qu'il utilise, un mélange de polyretame (plastique liquide). Pour l'obtenir, il le mélange avec de la poudre de métal, qui crée une sorte de liquide noir. On l'étalait sur le tissu et on l'aimantait. Cela créait une réaction et des sortes de pointes s'élevaient. Ça durcissait et devenait comme du plastique, mais sous une forme nouvelle. La robe Moondress, sur laquelle j'ai travaillé, a été intégralement créée grâce à cette technique.

Laure Fernandez 3

Un stage dans la mode sur la recherche et l'innovation textile

Esimode : Ce stage vous a-t-il plu ?

L.F. : Beaucoup ! J'ai surtout apprécié la diversité des matériaux, des matières et des techniques. Et puis j’ai pu participer à la Fashion Week de Paris, ce qui était une opportunité incroyable. En plus nous étions assez en avance sur cette collection, ce qui nous a permis de ne pas être dans le rush. L’ambiance en backstage était sympa, tout était prêt à temps : c'était une expérience folle !

Esimode : Ce stage va-t-il vous aider pour vos projets à venir ?

L.F. : Quand j'aurais terminé mon année, j'aimerais intégrer le London College Of Fashion car il propose un master axé sur l'innovation textile et le design réfléchi et durable, en se basant sur tout ce qui est sociologie, écologie etc. Cette formation me permettra de développer mes propres matériaux et de faire des recherches. C'est ce qui me passionne ! L’expérience que j’ai eue chez Iris van Herpen ne peut que m’apporter et m'aider dans ce projet !

Esimode :  Qu'avez-vous envie de faire après le London College of Fashion ?

L.F. : J’aimerais bien partir à l’étranger, notamment au Japon. Les designers japonais m'intéressent car ils ont une très bonne technique en modélisme. Je trouve que c'est un pays expérimental - dans le bon sens du terme - et innovant ! J’ai envie de cumuler les expériences professionnelles, de voyager et de voir pleins de choses.

laure fernandez 4

Esimode : A part l'innovation textile, qu'aimez-vous dans la mode ?

L.F. : J’aime que les créations aient du sens, pour moi c’est tout ce qui importe. J’aime réfléchir sur la durabilité, la fonctionnalité, à pourquoi je dessine telle ou telle chose et pour qui. Finalement, ce n'est pas l'aspect esthétique qui me parle le plus, même si j'ai tout de même envie de le faire ressortir à travers les matières, tout comme le côté émotionnel. J’aime réfléchir à ce que ce soit confortable, adapté à ceux qui les portent et à leur mode de vie.

Esimode : Avez-vous apprécié vos différentes années à Esimode ?

L.F. : J'ai trouvé le BTS Design de mode intéressant car on nous forme au côté conceptuel de la mode. On nous entraîne à réfléchir et à nous poser des questions, ce qui m'a beaucoup fait évoluer ! Je n'étais plus la même après le BTS ! Ma quatrième année en Créateur de mode m'a également beaucoup appris et je suis très heureuse de pouvoir retravailler sur une de mes collections. En parallèle nous avons beaucoup de cours marketing et merchandising auxquels je ne
connaissais rien. Je suis contente de découvrir tout ça, c'est un aspect plus professionnel à travers lequel on apprend à découvrir le monde de l'entreprise.

L'équipe Esimode remercie Laure Fernandez d'avoir partager son expérience chez Iris van Herpen.

Découvrez son portfolio en ligne : http://cargocollective.com/laurefernandez/SMART-CONVERTIBLE-FASHION